fbpx

À propos

Ombeline Becker, âme pionnière

Vous allez lire l’expression « âme pionnière » environ cinquante fois sur mon site. Pourquoi ?

Parce que c’est en découvrant que j’en étais une il y a déjà quelques années, que j’ai pu identifier clairement quelles sont ses particularités, quel chemin ardu elle a décidé d’arpenter et surtout quelle mission elle est venue réaliser.

Le postulat

Mon parcours professionnel a débuté par des études dans le domaine du Business et de la Finance. J’ai ensuite été salariée à des postes marketing et ventes pendant 7 ans dans des secteurs très rationnels comme l’automobile, le ferroviaire et la distribution. Malgré les succès, je ne me sentais pas à ma place et j’étais parfois frustrée.

Côté famille, mes parents ont divorcé alors que j’avais 3 ans. Fille unique de ce mariage, les familles se sont recomposées des deux côtés, mais je ne trouvais ma place nulle part.

La danse, seul cadre en dehors de ma sphère familiale déchirée. J’ai été disciplinée par 14 ans années de danse classique dont cinq années de collège en danse-études aux Conservatoire de Paris et de Nice.

Les premiers pas de la reconnaissance

À 31 ans, je me suis reconvertie.

J’avais envie de devenir naturopathe ou de créer un concept de lieu holistique, mais c’est l’accompagnement qui est ressorti avec clarté. Accompagner, je le faisais déjà naturellement sans avoir mis un nom sur ce métier. Début 2012, je me suis donc formée au Collège Erickson, certifié par la Fédération Internationale de Coaching (ICF).

J’ai commencé à aider les gens à déceler leurs réels potentiels afin qu’ils ne subissent plus un poste ou un job qui ne les épanouisse pas. Ironie du sort, je n’avais pas envisagé d’être indépendante et de ne pas me sentir épanouie. C’est pourtant ce que j’ai ressenti.

Accepter de s’engager

J’étais habitée par une conviction, un besoin vital de mener et de guider les autres, mais je n’arrivais pas à trouver mon levier. La plupart des femmes ne savent pas entreprendre. Elles entreprennent comme un homme le ferait. Dans leur puissance d’action. Rarement à travers le prisme de leur puissance d’intuition, d’intention et de vision.

 

La complexité de mon organisation familiale entre deux pays, une famille recomposée pendant 7 ans, le décès de mon père en 2012, puis l’arrivée de mon fils en 2016, m’ont amenée à devoir gérer d’autres priorités que mon activité. D’ailleurs, la plupart des femmes mettent leur entreprise au second plan. Faisant passer enfants, couple, maison avant.

C’est alors que j’ai compris qu’il m’était inutile de forcer pour vendre mes produits et mes services. C’est alors que j’ai accepté les aspirations de mon âme et que j’ai aligné mon activité avec qui j’étais. En m’engageant envers moi-même. En me faisant suffisamment confiance pour déployer mon business comme je le « sentais ». En accueillant aussi l’abondance qu’un tel mouvement créait.

En 2020, près de 100 femmes ont bénéficié de mes programmes pour réintégrer la vibration de leur âme à leur posture d’entrepreneure.

Incarner pour œuvrer

Je parcoure le processus d’expansion tel que je vous l’enseigne et je n’avais pas imaginé que le parcours serait si long et sinueux pour développer mon activité et ma posture de cheffe d’entreprise.

Depuis 2018, je me choisis et je suis mes inspirations dans le respect de mon intégrité. Je relève les challenges d’être maman solo et entrepreneure.

En janvier 2021, j’ai choisi de voir encore plus grand et je me suis engagée dans ma transformation et l’alignement de toutes les sphères de ma vie. Je me donne les moyens de mon expansion dans tous les domaines parce qu’incarner le bonheur est devenu non négociable.

J’ai engagé un travail de refonte de mon identité, de mes offres et de mon site internet. Et surtout j’ai réussi à apaiser les hauts et les bas que je ressentais avant dans mon énergie. Je me sens plus sereine, pleine d’une foi que tout est en place et que tout vient au bon moment.

Ma relation avec mon fils est mon principal challenge et ce qui parfois me fait encore dérailler en conscience.

Prendre cette place me permet d’oser voir grand et d’avoir une vision ambitieuse pour mon entreprise. Je sais où je vais, pourquoi et comment.

Pour les dirigeantes qui souhaitent reconnaître leur singularité d’âme et rayonner leur dimension de prêtresse au sein de leur activité, j’ai défini trois accompagnements.  Et j’ai décidé de fonder Le Cercle des âmes pionnières et de les rassembler chaque année.

Je suis heureuse de vous éclairer et de vous aider à œuvrer au-delà de vous.

À très bientôt,

Ombeline